Hormegeddon

07/04/2015 18:40

HormegeddonWilliam Bonner / Belles Lettres / 23 €

"Hormegeddon", ou ce qui arrive, lorsque l’on abuse d’une bonne chose dans les sphères de la politique, de l’économie et des affaires. En bref, trop de bien conduit au désastre, selon le principe des rendements décroissants. William Bonner tente de comprendre ce qui a mal tourné.
C’est un long récit de ce qui a déraillé dans le monde : débâcles, catastrophes et désastres. Mais chaque désastre porte en lui un avertissement et son étude rend son histoire intéressante et pédagogique. Comment faire face quand trop d’informations tue l’information, trop de statistiques tue les statistiques, trop de médecine tue la médecine (il y a deux à trois ans d’écart d’espérance de vie entre les Etats-Unis et Cuba, mais quel gouffre en argent dépensé !)...
Le problème est que vous ne pouvez pas compter sur les gens éclairés et bien intentionnés pour stopper la progression du désastre puisque ce sont précisément eux qui en sont la cause.
Si c’est un livre qui fait réfléchir sur la mécanique des choses et du monde, on n’est pas obligé d’être d’accord sur tout.
William Bonner est sans doute un « libertarien », hostile à toute intervention étatique, mais après ? 
La complexification du monde impose forcément des prises de décisions, et quel agent neutre peut prendre toujours les bonnes décisions ? Un marché « pur », cadré par un état  « pur » limité à son rôle d’acteur souverain (police, sécurité, justice)? Qui ne voit pas qu’il n’y a pas de décisions pures, donc d’état et de marché neutre. Comme souvent l’analyse des problèmes est fine, la solution est floue : qui lui en voudra ?

Jean-Marc