Oumma

20/06/2014 18:21

OummaAlfred de Montesquiou / Seuil / 22 €

L'auteur, journaliste entre autres, pour l'agence de l'Associated Press de 2004 à 2010, nous raconte une dizaine d'années au contact du monde arabe, du Maroc au Pakistan.


Les chapitres passent d'un pays à l'autre d'Ouest en Est. Il rencontre parfois des présidents ou ministres, parfois il accompagne des militants sur la place Tahrir ou des commandos américains en action en Afghanistan. L'auteur étant français, il part des pays du Maghreb. Sa couverture d'événements autour de l'affaire Merah ou des manifestations de 2004 en France lui permet de donner du relief à ses analyses des mouvements identitaires ou religieux. Il possède une grande culture historique des lieux qu'il parcourt. Il raconte  par exemple une anecdote d'Ibn Battûta : ce dernier, en 1326,  écoute un prêche dans la grande Mosquée omeyyade de Damas : c'est Ibn Tamiya, un des fondateurs de l'islam radical (déjà) qui harangue la foule. Ibn Battûta le trouve visiblement «un peu dérangé» : un juriste lui donne la réplique, histoire de remettre les choses à leur place. Immédiatement une foule se lève et tabasse le pauvre intervenant : comme quoi les salafistes savaient déjà terroriser les contradicteurs.

Montesquiou nous rappelle à juste titre que si en Occident on ne parle plus de l'Irak depuis la crise de 2008, là-bas, il y a des attentats tous les jours, qui font la une des journaux du monde arabe et l'ouverture du journal télévisé Al Jazeera. C'est une ritournelle où fuse l'accusation permanente «tout ça c'est de la faute de l'Amérique !».Des dizaines de millions d'hommes vivent et grandissent dans cette vision du monde. Il ne sert à rien de jouer les hypocrites : les trois morts de l'attentat de Boston pèsent plus lourd pour nous ou nos médias que les centaines de morts arabes lors d'attentats en Irak au cours des derniers mois. On ne peut plus rien y faire, mais il ne faut pas oublier. 

Un livre passionnant.

Jean-Marc