Charlotte

Charlotte

David Foenkinos / Folio / 7.20 €

Entre la biographie et le roman, David Foenkinos nous raconte la vie de Charlotte Salomon, artiste-peintre juive née en 1917 à Berlin et morte à Auschwitz en 1943.
Une vie composée de nombreuses tragédies familiales (on ne compte plus le nombre de suicide dans sa famille), une courte vie où Charlotte cherche la reconnaissance du milieu artistique face à la montée du nazisme.

Les adeptes de David Foenkinos risquent d’être déroutés. Ne vous attendez pas à son humour décalé (« Le potentiel érotique de ma femme », « La délicatesse »…) et sa légèreté dans ce livre. En plus d’y avoir découvert une artiste qui m’était totalement inconnue jusqu’alors, l’exercice littéraire auquel l’auteur se livre est intéressant. En effet, le livre est écrit avec des  courtes phrases et en revenant à la ligne systématiquement (ce qui à mon grand étonnement n’a nullement gêné ma lecture) et dont l'auteur l'explique ainsi :

« Pendant des années, j’ai pris des notes.
J’ai cité ou évoqué Charlotte dans plusieurs de mes romans.
J’ai tenté d’écrire ce livre tant de fois.
Entre chaque roman, j’ai voulu l’écrire.
Mais je ne savais pas comment faire.
Devais-je être présent ?
Devais-je romancer son histoire ?
Quelle forme cela devait-il prendre ?
Je n’arrivais pas à écrire deux phrases de suite.
Alors, je me suis dit qu’il fallait l’écrire comme ça. »

Julie

---------------------------------------------------------

Après ses romans légers, il nous offre un roman sombre, autour du personnage de Charlotte Salomon, peintre juive allemande, morte en déportation en 1943, à l’âge de 27 ans (enceinte, pour en rajouter au pathétique).

Foenkinos a découvert son œuvre lors d’une exposition aux Pays-Bas.

 « C’est toute ma vie » avait dit Charlotte en 1943 à son médecin en lui remettant une valise contenant les peintures et les dessins qui lui survivront, avant d’être elle-même engloutie par la Shoah. On se laisse prendre par le style d’écriture haletant et par la quête de l’auteur, qui suit pas à pas les traces éphémères de cette courte vie

Un bémol, son coup de foudre tient au contact direct qu’il a eu avec l’œuvre de l’artiste. N’ayant pas eu moi-même ce contact, je suis resté en retrait de sa passion.

Jean-Marc

----------------------------------------------


David Foenkinos rompt totalement avec le style de ses romans précédents. Pourtant il ne perd pas sa sensibilité et sa capacité à nous émouvoir.
Ici il nous raconte Charlotte, une jeune artiste allemande et juive dont l’œuvre le bouleverse au premier regard. Il nous raconte son enquête sur les pas de cette jeune femme, son obsession mais aussi les tragédies familiales, la guerre, l'horreur des camps, l'exil, la folie, l'art pour survivre.
Étonnant.

Magali