La fabrique des pervers

La fabrique des pervers

Sophie Chauveau /Gallimard / 19.50 €

Sophie Chauveau est surtout connu en librairie pour ses livres tournant autour du monde de l’art: «La passion Lippi», «Le rêve Botticelli», etc .mais à la suite de son dernier roman («Les noces de charbon»), qui tourne davantage sur son univers familial, elle reçoit un mail, puis un coup de téléphone d’une lointaine cousine, Béatrice, perdue de vue depuis des décennies. Cette dernière lui demande si elle voit encore sa famille: Sophie, étonnée, lui dit que sa mère est morte et qu’elle n’est plus obligée de voir son père depuis des années. Béatrice déclare  « Donc, il vit toujours, le mien aussi: et il m’a violée de quatre à quatorze ans »… «  Bienvenue au club ! » répond Sophie Chauveau. Ensemble elles vont remonter sur quatre générations (L’histoire commence en 1870) et découvrir que tous les ascendants étaient des prédateurs sexuels et des pédophiles, qui se sont transmis, de pères et mères à fils et filles, ces « valeurs » familiales, «la molécule familiale » selon le langage « interne » car la pédophilie est assumée à l’échelle du clan.. Une histoire hypnotisante sur la transmission, le pouvoir de l’argent (ce sont de gros bourgeois, qui régulièrement ont acheté le silence des quelques plaintes qui sont sorties) et l’éternel silence des familles, filles ou fils, belles-filles ou beaux-fils violés et partagés.

Jean-Marc