La vie parfaite

La vie parfaite

Silvia Avallone, éditions Liana Lévi, 392p, 22€
Le roman se déroule dans une banlieue imaginaire de Bologne, dans et autour de la cité des Lombriconi, suite de barres et d’immeubles sordides. On suit Adèle qui vient d'avoir 18 ans et part pour accoucher, seule. Le père, looser et voyou égoïste, est déjà en prison. Il y a Dora, enseignante rongée par un désir insatisfait de maternité, qui enchaîne les FIV ratées, et s’éloigne lentement de Fabio son mari, lassé de son désir. Il y a aussi  Zeno : le voisin d'Adèle, qui tous les soirs l'espionne depuis son balcon. Il est l'élève appliqué mais brillant de Dora, et il connaît les frontières invisibles qui séparent la ville et les êtres de ce monde où chacun est « né pour perdre ».Il y a les autres, évidemment ; pères, mères et proches. Je vous laisse découvrir les trames qui tissent ce très émouvant roman italien. Un des meilleurs du printemps 2018.

Jean-Marc