Le printemps des barbares

Le printemps des barbares

Jonas Lüscher / J'ai Lu / 6.70 €

Mr Preising, rentier suisse, raconte, dans un hôpital psychiatrique, ce qui lui est arrivé. Envoyé au repos dans un hôtel de luxe en Tunisie (où son groupe a des affaires), il se trouve au milieu d’un groupe d’une cinquantaine de britanniques, Yuppies de la City invités par l’un d’entre eux pour fêter son mariage. La crise financière que l’on voit rampante dès le début du roman explose: le système financier s’effondre dans la nuit et bientôt la livre sterling ne vaut pas plus que le dinar tunisien. Au petit matin, à Londres, le premier ministre annonce que son gouvernement ne pourra pas rembourser sa dette.

En Tunisie, les cartes bleues (ou autres) sont bloquées. Au matin les invités qui ont encore la gueule de bois reçoivent l’annonce de leur licenciement par texto, et bientôt, le portable lui-même est coupé. La déférence de leurs anciens serviteurs disparaît aussi vite que le vernis de « civilisation » des maîtres de la finance.

C’est une fable contemporaine drôle et réussie.

Jean-Marc